PROGRAMME : LES TROUBLES DU SPECTRE DE L'AUTISME (TSA)

Les troubles du spectre de l’autisme (TSA) résultent d’anomalies du neurodéveloppement.
Ils apparaissent précocement au cours de la petite enfance, le plus souvent entre 18 et 36 mois, et persistent à l’âge adulte. Ils renvoient à une grande diversité de situations et rassemblent un ensemble de conditions caractérisées par* : des altérations des interactions sociales, des problèmes de communication (langage et communication non verbale), des troubles du comportement correspondant à un répertoire d’intérêts et d’activités restreint, stéréotype et répétitif, des réactions sensorielles inhabituelles.


Dans le monde, chaque année, 1 enfant sur 150 naît porteur d’un autisme infantile.
En 2018 en France, on dénombre au moins 700 000 personnes avec autismes, en sachant que tous les adultes concernés n’ont pas encore été dénombrés. Le désarroi est grand pour ces patients mais aussi pour leurs familles. Ils ont des besoins spécifiques, de la petite enfance au grand âge. Il leur manque cruellement aide et soutien dans les périodes charnières de la vie. Chez l’enfant, au cours des premières étapes de socialisation à la crèche ou à l’école, et à toutes les étapes clés des apprentissages. Mais aussi durant la transition de l’adolescence vers l’âge adulte, puis de l’âge adulte vers le vieillissement, et notamment dans le contexte du vieillissement de leurs propres parents : discontinuité et chaos dans le parcours, bien souvent sans solution proposée pour bénéficier des droits élémentaires pour s’épanouir auprès de leurs proches.


Soutenir la recherche
Les travaux de recherche menés en France et soutenus par la Fondation Pierre Deniker ont permis de montrer des anomalies cérébrales conditionnant certains aspects cliniques de ces maladies. Il faut que ces travaux de recherche se poursuivent pour mieux comprendre les anomalies du neurodéveloppement qui sous-tendent ces pathologies. Une meilleure détection, une meilleure connaissance de ce qui se joue aux périodes charnières de la vie sont les préalables à une meilleure prise en charge et une inclusion dans la société.

En 2018, une bourse a été attribuée à Mélisande SANSEN, pour son projet de recherche sur l'effet du risque polygénique des troubles du spectre autistique (TSA) et schizophrénique (TSS).


Changer le regard
La santé mentale demeure un tabou. Cette stigmatisation entraine un retard à la prise en charge et une souffrance accrue. La Fondation Pierre Deniker, dans le cadre de ses missions, a choisi de lancer des campagnes de mobilisation et d’influence pour déstigmatiser la maladie mentale.

 

 


* Inserm – Dossier autisme, réalisé sous la direction du Pr. Catherine Barthélémy, pédopsychiatre, Prix d’honneur INSERM 2016, vice-présidente de l’Institut de psychiatrie, membre du conseil scientifique de la Fondation Pierre Deniker.

NEWSLETTER


DOCUMENTATION